Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S'enregistrer - Messages Privés - Connexion
Mémoire sur le Metal
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum des Éternels Index du Forum -> L'Antre du Troll Mélomane [Discussions]
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
DarkSchneider



Inscrit le: 23 Sep 2007
Messages: 2431
Localisation: Saint-Michel-sur-orge (91)

MessagePosté le: Dim 01 Déc 2013 13:44    Sujet du message: Répondre en citant

Les magrébins et les sud-américain (d'origine espagnol) sont des blancs.

L'Afrique Noire est globalement fermé au metal...mais s'y ouvre quand même : voir le Bostwana notamment où tout une scène metal local émerge là-bas (jouer par des noirs, et non des blancs comme en Afrique du sud). Le metal a toujours beaucoup marché au japon.

Donc stop aussi les visions réductrices à ce sujet.


A part ça, je trouve l'idée de prendre le metal comme sujet de mémoire assez délicate. Pas facile d'en tirer une problématique intéressante. En plus, beaucoup de choses à déjà été dites sur le sujet.

De plus, je trouve la problématique de Djentleman floue et peu intéressante. Surtout parcequ'elle n'est pas propre au metal. Limiter la démonstration uniquement à la musique Metal me parait peu pertinent.

Enfin, je pense que bien au contraire il aurait été bien plus intéressante de traiter le metal sous son aspect sulfureux. Car les clichés réducteurs...viennent de quelque part. Et je ne parle pas là du Black Metal NS qui s'assume de toute façon, mais bien du reste, du soi-disant apolitisme de certains. J'ai eu une conversation privée intéressante avec Fish il y'a quelques semaines à ce sujet et je pense qu'il y a des choses à en tirer (exemple édifiant, le groupe Saxon : soi-disant apolitique alors que bon, en creusant un peu les textes le groupe a clairement une idéologie affirmée).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Winter
Hibernatus


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 8506
Localisation: Madriz, Spain

MessagePosté le: Dim 01 Déc 2013 13:46    Sujet du message: Répondre en citant

Et puis ils reflètent une certaine réalité les clichés, comme toujours.

Le metal c'est un peu la colère de l'homme blanc.
_________________
"Il parait qu'ils ont progressé sur scène. C'est vrai ? On m'a dit que depuis quelques temps, en concert, Myrath s'affine." Pingouin
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pistolero



Inscrit le: 31 Mar 2008
Messages: 2009

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 8:59    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a un autre élément qui mériterait étude, c'est la différence notable de sociologie entre le public des clichés (public rebelle issu des classes populaires / ouvrières, qui a grandi dans la violence, la drogue et compagnie) et le public réel qui est surtout issu des classes moyennes, voire moyennes supérieures, qui n'a en général pas grand chose à voir avec l'exclusion sociale. (ce forum l'illustre plutôt bien, il me semble)

- C'est une situation spécifiquement française ? (ça m'étonnerait)

- ou il y a eu une évolution sociologique des fans de metal, et dans ce cas, à quel moment a eu lieu le point de bascule ?
Dans sa chanson "seconde génération", Renaud racontait l'histoire d'un jeune arabe de la Courneuve qui avait un groupe de hard rock dans une cave. J'imagine que ça devait bien correspondre à une réalité sociale de l'époque...

- Dans ce cas, pourquoi cette évolution sociologique n'a pas permis au heavy metal de devenir socialement acceptable ?
En France, il n'est pas caricaturé tant que ça (les lobbys religieux sont sans doute moins puissants qu'ailleurs, encore que quand on voit la "manif pour tous", on peut se demander...), mais il est surtout terriblement absent. En dehors du reportage annuel au Hellfest avec des types qui growlent et qui montrent leur cul, le metal est banni de tout temps d'antenne, alors que c'est quand même une musique qui représente un marché non négligeable... Confused
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
DarkSchneider



Inscrit le: 23 Sep 2007
Messages: 2431
Localisation: Saint-Michel-sur-orge (91)

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 10:13    Sujet du message: Répondre en citant

Pistolero a écrit:

- ou il y a eu une évolution sociologique des fans de metal, et dans ce cas, à quel moment a eu lieu le point de bascule ?
Dans sa chanson "seconde génération", Renaud racontait l'histoire d'un jeune arabe de la Courneuve qui avait un groupe de hard rock dans une cave. J'imagine que ça devait bien correspondre à une réalité sociale de l'époque...



C'est très juste, il y'a eu une coupure évidente à une époque, je penche pour la première moitié des 90's et la vague grunge et Rap qui a balayé le metal.

Joey Starr cite fréquemment Trust et Iron Maiden comme groupes de sa jeunesse et qui étaient écoutés par un public de cité. Je me souviens aussi avoir vu un (excellent) film social datant de 1984 se passant en banlieue où les jeunes avaient un poster de The Number of the beast dans leur cave. Ca touchait un public assez large à cette époque.
Sur les forums de "vieux" (DOTF, Hard rock 80), à plusieurs reprises des gars disait qu'il n'était pas rare de se faire détrousser à la sortie d'un concert metal...par des metalleux. Dans certains "Enfer mag" et autres de l'époque il y'a avait des messages de prévention pour stopper les violences aux abords des concerts. Mon père a fait la sécu lors du grand festival metal français de Choisy le roi en 84 ou 85 et ils ont chopé plein de couteau et poing américain sur les metalleux... Bref, il y avait clairement une composante dur et rebelle chez le hardos du début des années 80.

Encore au début des années 90, je me rappelle que les quelques metalleux avec veste à patch et tout qu'il y a avait dans mon bahut étaient plutôt impressionnant.

Sauf qu'au fond, le discours social du metal...bah il y'en avait pas beaucoup et de moins en moins au fil du temps à part dans quelques styles particuliers. Les groupes vont se faire de plus en plus apolitique, ou réac. On rajoute à ça l'imagerie sataniste qui commence à gonfler, l'autocaricature du hair metal... forcément le metal a fini par se couper de ce public populaire. On pourrait même évoquer le fait que bon nombre de metalleux se mettent à la guitare, ce qui coûte financièrement beaucoup désormais vu tout l'arsenal nécessaire pour un avoir un gros son metal et la difficulté pratique de jouer de cet instrument quand tu vis dans un HLM.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Winter
Hibernatus


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 8506
Localisation: Madriz, Spain

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 10:46    Sujet du message: Répondre en citant

Attention, je crois vraiment que dans les années 80, les classes moyennes étaient déjà bien présentes, hein. Je suis moi-même isssue de cette classe , et je peux vous assurer qu'il n'y avait pas que des "zonards" (comme on appelait péjorativement le fan de hard à l'époque), mais aussi pas mal des jeunes gens de familles ni pauvres ni riches.
Dans les 70s c'était peut-être différent, mais je pense que non, il n'y a jamais eu de coupure, qu'il y a toujours eu une souche sociale large pour le metal, les clichés restant des clichés.
Pourquoi ? Parce que le metal est plus "universel" qu'il n'y paraît, en tout cas dans la société occidentale, il touche beaucoup de piliers de l'imaginaire occidental et utilise une imagerie bcp plus puissante que certains veulent nous faire croire : c'est sa force mais également sa limite, il effraie parce qu'il emploie des masques effrayants. C'est pour ça qu'il ne fera jamais l'unanimité, AMHA. En France encore moins qu'autre part ? Possible, je parlerais plutôt des pays latins. Ici, le niveau d'acceptation est comparable à celui de la France. Qu'en est-il en Italie ?
_________________
"Il parait qu'ils ont progressé sur scène. C'est vrai ? On m'a dit que depuis quelques temps, en concert, Myrath s'affine." Pingouin
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
DarkSchneider



Inscrit le: 23 Sep 2007
Messages: 2431
Localisation: Saint-Michel-sur-orge (91)

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 12:12    Sujet du message: Répondre en citant

Winter a écrit:
Attention, je crois vraiment que dans les années 80, les classes moyennes étaient déjà bien présentes, hein. Je suis moi-même isssue de cette classe , et je peux vous assurer qu'il n'y avait pas que des "zonards" (comme on appelait péjorativement le fan de hard à l'époque), mais aussi pas mal des jeunes gens de familles ni pauvres ni riches.


Ah mais ça je ne dis pas le contraire, je suis bien d'accord même.

Je pense juste que la part du public issu d'un milieu (très) populaire à diminué avec le temps, mais pas disparu (j'en connais d'ailleurs des contre-exemples). Par contre le côté un peu loubard a totalement disparu lui.


Citation:
Possible, je parlerais plutôt des pays latins. Ici, le niveau d'acceptation est comparable à celui de la France. Qu'en est-il en Italie ?


Ah bon ? Je pensais que le metal était plus accepté en Espagne. Ils ont des festivals là-bas comparable au hellfest mais beaucoup plus anciens Des groupes nationaux qui on succès bien plus importants que nos groupes à nous. Enfin cela dit, c'est vrai que ce n'est pas parcequ'il il y a plus de public que le genre est forcément plus accepté.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Winter
Hibernatus


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 8506
Localisation: Madriz, Spain

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 12:16    Sujet du message: Répondre en citant

Bizarrement je ne suis pas très au courant de la scène metal espagnole, par contre je vois bien les réactions des gens, les musiques qu'on entend dans les bars... Et je ne vois pas de différence fondamentale. A Madrid tout au moins.
_________________
"Il parait qu'ils ont progressé sur scène. C'est vrai ? On m'a dit que depuis quelques temps, en concert, Myrath s'affine." Pingouin
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Seosamh
Metal Besher'Hell


Inscrit le: 12 Aoû 2007
Messages: 2960
Localisation: Limoges

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 12:36    Sujet du message: Répondre en citant

Du côté de Valencia (m'enfin ça fait 10 ans que j'y suis pas allé), j'avais quand même eu l'impression que le metal étais plus "présent" (Pas mal de monde avec un look metal dans la rue, des goodies de groupes trouvables un peu partout, pleins de cds facilement trouvables dans les hypermarchés (je me souviens y avoir acheté Nightfall de Blind Guardian comme ça)...)
Je sais pas si c'est révélateur, mais j'ai pas le souvenir d'avoir vu des trucs comme ça en France.
_________________

Divine Side | Exorcizer

"L'auditif, c'est moins visuel" (® & © Doomy)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Winter
Hibernatus


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 8506
Localisation: Madriz, Spain

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 12:56    Sujet du message: Répondre en citant

Je me référais plus à la réaction des gens et au fait que ça soit totalement absent sur les télés/radios, sauf trois pauvres programmes à 5h du mat.
Je vais assez souvent du côté de Valence aussi et il faudra que tu me dises dans quel supermarché tu trouves des CDs de Nightfall... Blink
_________________
"Il parait qu'ils ont progressé sur scène. C'est vrai ? On m'a dit que depuis quelques temps, en concert, Myrath s'affine." Pingouin
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Seosamh
Metal Besher'Hell


Inscrit le: 12 Aoû 2007
Messages: 2960
Localisation: Limoges

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 14:04    Sujet du message: Répondre en citant

De mémoire, c'était au Alcampo de Castellón (j'ai aussi trouvé les deux premiers BG au Carrefour de Villareal).
_________________

Divine Side | Exorcizer

"L'auditif, c'est moins visuel" (® & © Doomy)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Winter
Hibernatus


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 8506
Localisation: Madriz, Spain

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 16:31    Sujet du message: Répondre en citant

Pas trop loin de là où je vais, j'irai y faire un tour la prochaine fois...
_________________
"Il parait qu'ils ont progressé sur scène. C'est vrai ? On m'a dit que depuis quelques temps, en concert, Myrath s'affine." Pingouin
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
merci foule fête
Sex, Drugs & Cyril Rool


Inscrit le: 19 Juil 2012
Messages: 3165
Localisation: Colères banlieue sud

MessagePosté le: Lun 02 Déc 2013 23:58    Sujet du message: Répondre en citant

J'hésitais à prendre des pincettes, mais DS est entré in da place donc je peux me lâcher : aborder le metal (et non pas "métal" !) sous son aspect multi-facettes et/ou origines sociales de ses "pratiquants", ça a déjà été fait et bien fait, notamment par Fabien Hein dans Hard rock, heavy metal, metal... : histoire, culture et pratiquants paru il y a bientôt 10 ans. Il s'agit en fait d'une actualisation de sa thèse, le monsieur étant actuellement maître de conf en sociologie à Metz. Comme je t'y enjoignais dans ton topic de présentation, cher Djentleman, je ne peux que te conseiller sa lecture qui devrait te faire réfléchir sur la pertinence de ton sujet de mémoire.

Une piste à creuser selon moi serait la perception du metal chez les "non-pratiquants" : est-ce de l'ignorance, indifférence, rejet ? Les trois à la fois ? Et si rejet, pourquoi ? Sur quoi est (serait)-il fondé ?

Ou alors expliquer pourquoi un fossé s'est durablement creusé avec les milieux populaires, le metal étant en effet essentiellement répandu - me semble-t'il - dans les classes moyennes et supérieures, ce que démontre très bien F. Hein. Témoignage perso qui rejoint ceux développés par mes "vieux" camarades : quand le moniteur du centre aéré a voulu recenser l'artiste le plus populaire aux vacances de Toussaint 1982 (ouais, comme si c'était hier), le nom qui a remporté le plus de suffrages était... Kiss. J'habitais une banlieue populaire et métissée de la Région Parisienne. D'ailleurs, sur la pochette du 1er MC Jean Gab'1, il y a un poster de Destroyer. C'est donc que le hard rock (dénomination commune de l'époque) avait un réel pouvoir fédérateur dans les milieux populaires il y a 30 ans qu'il a presque entièrement perdu aujourd'hui. Son image provocatrice et rebelle devait certainement jouer, avant qu'un hiatus trop important ait fini par se produire entre les Ricains white thrash limite réac du glam metal et les enfants d'immigrés des banlieues de plus en plus ghettoïsées du tournant des années 90. Rap et punk/hardcore l'ont manifestement remplacé dans son rôle d'expression et d'exécutoire. Après, peut-être qu'une dérive vers l'évolution de la composition socio-professionnelle des cités populaires dépasserait le cadre d'un mémoire.

Réduire le metal à une sorte d'épicerie foisonnante et (plus ou moins) bien rangée serait une impasse, voire un non-sens, comme le suggérait barbapopo.

Enfin, merci DS pour ton témoignage, je n'ai donc pas rêvé la dangerosité de certains metalleux au début des années 80 qui les assimilait à mes yeux à des loubards qui ne me donnaient franchement pas envie d'écouter leur musique préférée à l'époque !
_________________
"[...]- le rythme véritable ne vient jamais de la répétition qui pourtant le prépare, mais du surgissement de l'étrange, d'un plan oblique à l'attention [...]" Alain Damasio - La Horde du Contrevent
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
DarkSchneider



Inscrit le: 23 Sep 2007
Messages: 2431
Localisation: Saint-Michel-sur-orge (91)

MessagePosté le: Mar 03 Déc 2013 10:15    Sujet du message: Répondre en citant

merci foule fête a écrit:
J'hésitais à prendre des pincettes, mais DS est entré in da place donc je peux me lâcher : aborder le metal (et non pas "métal" !) sous son aspect multi-facettes et/ou origines sociales de ses "pratiquants", ça a déjà été fait et bien fait, notamment par Fabien Hein dans Hard rock, heavy metal, metal... : histoire, culture et pratiquants paru il y a bientôt 10 ans. Il s'agit en fait d'une actualisation de sa thèse, le monsieur étant actuellement maître de conf en sociologie à Metz.


Oui je l'ai lu. Très bien fichu son bouquin (même si j'ai un peu zappé les définitions de style et l'historique vu que bon, je connais ça déjà très bien).

Il y'a un passage où il ressort le fameux courrier d'un lecteur d'Enfer Mag dans lequel le gars critique violemment Trust car ils ont un batteur arabe dans le groupe, en hurlant à la trahison car le hard rock devait rester une musique exclusivement "blanche" selon lui.


Pour le côté un peu voyou de certains vieux hardos, ça me fait pensé à l'excellent film irlandais The Commitments où des hardos (tee shirt WASP de mémoire) viennent faire chier le groupe de soul.

C'est dommage que le metal se soit coupé de cette frange (très) populaire.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Pistolero



Inscrit le: 31 Mar 2008
Messages: 2009

MessagePosté le: Mar 03 Déc 2013 12:16    Sujet du message: Répondre en citant

Pas trop d`accord. Si le retour d`un public populaire implique le retour de bandes qui viennent pour racketter les gens ou chercher la castagne dans les concerts et les festivals, perso, je pense qu`on peut s`en passer et que le climat de camaraderie bon enfant actuel est beaucoup plus agreable.
C`est un peu comme les hooligans dans les stades, ils peuvent rester chez eux.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
S1phonique
Chauve No Mercy


Inscrit le: 08 Mar 2013
Messages: 5535
Localisation: pas très loin du Stade de France.

MessagePosté le: Mar 03 Déc 2013 12:32    Sujet du message: Répondre en citant

DarkSchneider a écrit:

C'est dommage que le metal se soit coupé de cette frange (très) populaire.

Quand tu commences à regarder les tendances de certains auditeur n'ayant rien compris mais se disant fan de Slayer ou Death "viril" le populaire devient vite le populasse aviné et cliché sur ces hard rock voyous débile de seconde zone dans la même veine que le lecteur d'Enfer Mag'.

Le microcosme metal 'head n'est ni plus ni moins qu'une récurrence de la société dites française populaire du début des 70's à nos jours avec toutes les évolutions sociales depuis cette époque selon les familles.
Se greffent quelques classes sociales atypiques mais marginales sur cette majorité.

Suffit de voir les mômes de nos jours dans les concerts, mais aussi les personnes entre deux ages et puis les séniors.
_________________
Swing it, shake it, move it, make it ;Who do you think you are?
Trust it, use it, prove it, groove it ;Show, how good you are !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Cedric
Dave Mitaine


Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 5504

MessagePosté le: Mar 03 Déc 2013 12:41    Sujet du message: Répondre en citant

Moi je me pencherais sur le domptage du metal. Je sais pas pour vous hein, mais au début j'aimais pas du tout ça. J'ai formé mes oreilles à force d'écoutes, et j'ai escaladé les paliers de la violence musicale progressivement, jusqu'à pouvoir écouter à peu près de tout (quand j'étais dans ma période heavy, c'était inutile de me parler d'Angelcorpse ou de Napalm, Cryptopsy ou de Infernal Torment, quelques années plus tard ce sont des groupes que j'avais APPRIS à aimer).
Et je crois qu'on est tous plus ou moins avec ce vécu non ?
Pourquoi on a accroché suffisamment là où cette musique reste, pour beaucoup, du bruit.
Est-ce que l'acceptation de la violence musicale a un rapport avec l'acceptation de l'image (les cheveux longs, sales, le cuir, les spike, le sang, le gore, le noir etc.), des idées (textes et/ou idéologie des musiciens).
Est-ce que les gens qui ont des réactions épidermiques à l'écoute d'un vieux Slayer ou Motorhead réagissent comme ça parce qu'avant même d'avoir entendu la première note ils sont déjà "effrayés", repoussés par l'image.
Parce que ça ne tient pas qu'à la voix du chanteur. Axl Rose, Bruce Dickinson, Rob Halford, Dave Mitaine, Phil Anselmo, Zach De La Rocha, ils n'ont pas du tout les mêmes organes et amènent pourtant les mêmes réactions (pour ma mère c'était tous des singes brailleurs, même Slash, j'ai jamais réussi à lui faire comprendre qu'il ne braillait pas, ce singe-là).
J'me pose ces questions là moi. Parce que l'histoire, l'épopée, la légende du METAL, bwoarf, j'en ai lu des pages déjà, je crois qu'on a plus ou moins fait le tour de la question. Y compris sur l'aspect sociologique (suffit de prendre la plupart des bouquins de Camion Blanc).


Djentleman a écrit:
Peut-on parler d'un Métal ou des Métals ?

La problématique (assez vague) serait : Pourquoi y'a t'il autant de catégories, d'où cela vient-il , pourquoi ce besoin de diversifier les styles et de ranger par case, et non pas de parler d'un métal en général


Tu vas avoir du mal lol
Rien que si tu devais parler du nu-metal, tu te prendrais la tête sans comprendre si c'est le mouvement qui a crée les branches ou les branches qui ont crée le mouvement. Moi, je crois me souvenir que c'est surtout venu des journalistes de tous pays qui parlaient d'une guerre "metal traditionnel - neo metal". Ca faisait vendre. Alors que c'était surtout une rupture générationnelle lol

Mais comme l'a dit chais-pu-qui, es-tu sûr que c'est une particularité métallique, d'avoir autant de sous-genres ? Si tu pars sur ça, t'as intérêt à sévèrement maitriser TOUS les autres genres musicaux (c'est qui est, soyons d'accord, possible que si tu t'appelles en vérité Dr Manhattan) ou alors tu vas te faire péter ton truc en 2s : "M. Djentleman, je suis moi-même un adepte de longue date de jazz manouche, dérivé du jazz swing, de dancing et de musette. Pouvez-vous me donner votre avis sur la question que je me pose parfois : peut-on parler d'un Jâzz ou des Jâzzs ?".

Simple avis, je retourne à mon rhube.

J'édite juste : je t'ai grillé que tu comptais prendre tous nos posts pour faire ton mémoire :non:
Je prends 20€ le mot lol
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tabris
She_Ra Princess of Bretz'Hell


Inscrit le: 06 Juin 2012
Messages: 1700

MessagePosté le: Mar 03 Déc 2013 12:45    Sujet du message: Répondre en citant

Santé ! lol
_________________
"Nous ne sommes le plus souvent en contact qu'avec l'idée que nous nous faisons des êtres, c'est-à-dire leur irréalité"
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum des Éternels Index du Forum -> L'Antre du Troll Mélomane [Discussions] Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island | Traduction par : phpBB-fr.com | Designed & images by Kooky